C’est sans son joueur vedette, Sadio Mané, que le Sénégal a démarré la coupe d’Afrique 2019. Suspendu pour cumul de cartons jaunes lors des éliminatoires, l’attaquant de Liverpool devrait logiquement réintégré le onze de départ d’Aliou Cissé lors du deuxième match dans le groupe C face à l’Algérie. Un retour très attendu qui suscite autant d’intérêts que d’interrogations.



Il avait beau fait de son mieux, on en attendait toujours plus. Il avait beau crié son amour pour le maillot national, on en demandait encore plus. La pression va être encore plus accentuée et les attentes encore plus grandes car si Sadio Mané n’était qu’un très bon joueur de football, actuellement il est devenu un joueur de classe mondiale, un des meilleurs du monde. C’est en statut de champion d’Europe qu’il espère conquérir l’étoile que le peuple sénégalais attend depuis belles lurettes. Ce n’est pas une mince affaire mais contrairement aux années précédentes, les lions ont de très fortes chances de retrouver le Sadio Mané qui enflamme les travées d’Anfield Road week-end après week-end en Premier league anglaise.

Sur le papier, l’équipe du Sénégal n’a plus rien à envier aux autres équipes africaines depuis quelques années déjà. Un effectif à fière allure, des joueurs confirmés à tous les postes et logiquement un statut de prétendant au titre. Mais depuis 2006, le Sénégal n’arrive plus à dépasser le stade des quarts de finale en Coupe d’Afrique. Les générations se succèdent, le constat reste sans appel, l’équipe semble maudite. Même quand elle fait forte impression comme lors de la dernière CAN, il manque toujours un petit quelque chose qui les empêche d’aller au bout. Pris en bouc émissaire pour ses prestations jugées décevante en sélection, Sadio Mané porte sur ses épaules la frustration de tout un peuple. L’enfant de Bambali s’est montré parfois très affecté comme en témoigne son effondrement au coup de sifflet final lors d’un Madagascar-Sénégal en phase éliminatoire. Le capitaine en chaudes larmes au milieu de la pelouse sans doute marqué par le poids d’un acharnement quelques fois injustifié, lui, un des fils les plus généreux du pays.

Comment pouvait t-il avoir les mêmes performances là où il est obligé de redescendre trop bas pour participer au jeu ? Comment pouvait t-il avoir la même efficacité quand il est sevré de ballon devant ? L’équipe nationale a toujours manqué de liant entre la défense et l’attaque. Celui là capable de casser les lignes, de faire remonter le bloc, de créer des décalages et d’alimenter les attaquants. Sadio peut maintenant laisser son talent s’exprimer car derrière, il peut trouver en la personne de Krepin Diatta ce fameux liant qui lui manquait tant. Il n’est pas dit qu’il est maintenant exempté de tâches défensives, très loin de là car même en ayant de Henderson et des Robertson, Mané effectue régulièrement des replis défensifs à Liverpool. Sauf que maintenant en sélection, il pourrait aussi avoir le même rendement qu’à Liverpool.

Mbaye Niang est un joueur de ballon à la manière d’un Firmino, pas tout le temps buteur mais néanmoins très efficace dans l’animation offensive des Reds. Ismaila Sarr peut avoir la vitesse et l’explosivité d’un Mohamed Salah. Finalement on se rend compte qu’avec quelques ajustements, Aliou Cissé a toutes les cartes en main pour remettre Sadio Mané dans la même configuration qu’à Liverpool pour tirer le meilleur de sa star. En attendant le peuple sénégalais est impatient de voir son lion rugir à nouveau.